Bebe Koala, Deux ans, huit mois

Mon bébé Koala,

Tu me regardes, tu me souris, et mon coeur bat encore plus fort.
Tu guettes le moindre rayon de soleil pour pouvoir aller courir dehors, et quand je te dis « on sort ? », tu cours vite vite chercher tes chaussures, tu tends tes mains pour enfiler ton manteau et tu campes devant la porte jusqu’à ce que je t’ouvre, et la, tu es le petit garçon le plus heureux du monde ! Tu feuillettes toujours des tonnes de livres,
Tu adores jouer aux législatives, pas aux duplos, non, mais aux legos minuscules que tu chippes à ton frère.
Tu adores ton frère, tu n’es jamais loin de lui, même si parfois il aimerait un peu plus de tranquillité 🙂
Tu adores que je te porte sur mon dos ou sur mes épaules, tu me le réclames en disant « cheval ? »
Tu commences à accepter d’aller sur le pot ou les toilettes, mais il n’y a pas encore le « déclic »… Ça viendra !

Je t’aime mon petit cœur

[Chut, les enfants lisent !] #31 : Il faut délivrer Gaspard !

Reçu il y a quelques années via un abonnement à l’école des loisirs, nous avons redécouvert aujourd’hui « Il faut délivrer Gaspard ! » de Geoffroy de Pennart.

Pauvre Gaspard, il est enfermé dans le garde-manger, la serrure est bloquée et le serrurier ne veut pas se déplacer… Heureusement, madame Broutchou, sa maman, n’est VRAIMENT pas du genre à s’en laisser conter !

il faut délivrer gaspard

L’histoire est montée un peu comme une poupée russe. En effet, pour sauver le petit biquet enfermé dans le garde manger (avec des beignets de sa maman, le pauuuuvre ;)), la maman va aller demander de l’aide à différentes personnes qui ne bougeront pas à moins que d’autres personnes ne réussissent à les convaincre et ainsi de suite jusqu’au dénouement surprenant…

il faut délivrer gaspardil faut délivrer gaspard

Les personnages sont tous plus attachants les uns que les autres, et rappellent des personnages d’autres contes connus (le chat potté, les trois petits cochons…) !

il faut délivrer gaspardil faut délivrer gaspard

Pour ma part j’aime beaucoup la plume de l’auteur, la phrase « Bon sang de bonsoir, il faut délivrer Gaspard ! » qui revient à chaque page, les mots pas trop simplistes qui permettent d’enrichir le vocabulaire de Petit Prince, même si je ne suis pas sure qu’il ait encore tout compris ! ^^

il faut délivrer gaspard

Voilà pour ma participation à [Chut, les enfants lisent !], à la semaine prochaine !

[Chut, les enfants lisent !] #30 : Comment faire dodo quand on n’a pas envie de faire dodo mais qu’on doit faire dodo quand même alors qu’on n’a pas très très envie de faire dodo

Étiquettes

,

Suite à une conversation avec une copine dont la fille a du mal à dormir la nuit, j’ai ressorti de la bibliothèque un chouette livre à lire au moment d’aller se coucher :

Comment faire dodo quand on n’a pas envie de faire dodo mais qu’on doit faire dodo quand même alors qu’on n’a pas très très envie de faire dodo

Oui, rien que de lire le titre m’endort, pas vous ?

Comment faire dodo quand on n'a pas envie de faire dodoComment faire dodo quand on n'a pas envie de faire dodo

Lire la suite

[Chut, les enfants lisent !] #29 : Petit Castor reçoit un drôle de cadeau

Étiquettes

, , , ,

Ces derniers jours, au moment de lire l’histoire du soir, Petit Prince et bébé Koala me réclament les histoires d’animaux. Nous nous installons confortablement tous les trois dans le grand lit parental, et les loulous m’écoutent raconter l’histoire.

    img_20170118_204851    img_20170118_204255

Hier, c’était Petit Castor reçoit un drôle de cadeau, une jolie histoire qui parle d’un petit castor qui reçoit un cadeau qui ne lui plait pas tellement et voudrait bien l’échanger, avant de se rendre compte que son cadeau est bien plus chouette qu’il ne le pensait.

mes petites histoires d'animauxMes petites histoires d'animauximg_20170118_204247

Lire la suite

Au revoir Mamie

13624484_10208679851427868_1460351886_n

La première chose qui me vient en tête quand je pense à ma mamie Céline, c’est sa cuisine.

Dans sa cuisine, il y avait toujours la cafetière qui tournait, à tel point que, peut importe l’heure à laquelle je passais, je savais que j’allais pouvoir boire mon café noir.

Je m’asseyais sur une chaise, toujours la même, celle qui était près de la porte d’entrée, je prenais du sucre dans le sucrier, et parfois je prenais là mon goûter.

Mamie cuisinait bien, elle préparait des brioches délicieuses sur lesquelles je rajoutais, parce que ce n’était pas assez gras ni sucré, du beurre demi sel et du chocolat, elle faisait des tartes, des tourtons, comme une sorte de pâte levée qu’elle cuisait dans sa poêle pleine de beurre, et qu’elle servait avec du sucre.

Elle faisait aussi de la langue à la persillade (le seul endroit ou j’en ai mangé !), du pigeon de son pigeonnier, et dans son placard il y avait toujours un bocal plein de bonbons acidulés.

Dans la cuisine de mamie, ça sentait aussi le brûlé, quand elle avait attrapé une de ses poules et qu’elle la plumait. Une fois, dans le cellier, il y a eu aussi un cochon qui faisandait, et souvent il y avait des lapins égorgés qui se vidaient de leur sang en attendant d’être cuisinés, c’était ça aussi la campagne.

Je me souviens d’un jour ou, petite, je me suis sauvée de chez mes parents en colère pour me réfugier chez mamie, à l’autre bout de la rue.

Et puis, plus grande, j’allais y passer un après midi par semaine, on mangeait toutes les deux, on faisait la vaisselle et puis on s’installait devant les feux de l’amour et Derrick, et elle m’expliquait ce que j’avais raté depuis la semaine précédente. Et puis, aussi, on mettait de la musique sur des cassettes, du crincrin, de l’accordéon, et je lisais le gros recueil de blagues qu’elle rangeait dans le meuble de la télé.

Je lisais aussi en douce les romans à l’eau de rose rangés dans la chambre du fond, celle qui était lambrissée et ou je dormais parfois, qui était pleine de souvenirs qui ne m’appartenaient pas et auxquels je cherchais une histoire.

Enfin, adulte, je continuais de passer la voir, me poser sur cette chaise près de l’entrée pour lui raconter ma vie, parfois l’aider à se laver les cheveux dans le lavabo et lui poser des bigoudis…

C’est mamie qui m’a appris à tricoter, c’est chez mamie que je faisais des canevas pendant des heures.

Chez mamie, il y avait un grand jardin, et un parterre avec des roses magnifiques. Il y avait le poulailler, les clapiers avec tous les bébés lapins que je pouvais caresser, le pigeonnier qui, plus tard, est devenu l’endroit ou j’allais jouer.

Chez mamie, il y avait l’atelier de grand père, avec ses outils, ca sentait le bois, les céréales pour les animaux, et ca sentait le white spirit et le diluant.

Chez mamie, il y avait le chien Belle, qui était le chien le plus adorable du monde, et qui devenait, le temps de nos jeux, chien de cirque, chien savant, pour un sucre ou deux.

Chez mamie, il y avait aussi grand père, qui nous baladait en motoculteur dans le village, et nous emmenait avec lui dans les cafés, ou on jouait au flipper pendant qu’il buvait sa bière.

Chez mamie, il y avait tout une partie de mon enfance, tout une partie de mes souvenirs que je vais continuer à chérir longtemps, maintenant que tu n’es plus là, mamie.

Au revoir, tu vas me manquer.