Mots-clefs

, , ,

Lors d’une journée maussade, et en prévision de temps à passer dans une salle d’attente sans grande distraction, je suis passée à la médiathèque emprunter un livre que je projetais de lire depuis déjà longtemps : « Alors vous ne serez plus jamais triste », de Baptiste Beaulieu.

La bonne idée que j’ai eu !

« Alors vous ne serez plus jamais triste » est le deuxième roman publié par Baptiste Beaulieu, après « Alors Voilà », qui est un roman reprenant une multitude d’anecdotes issues de son blog http://www.alorsvoila.com/.

Ce blog, je le suis depuis des années maintenant, un peu pour comprendre ce que peut vivre mon plus jeune frère en tant que futur médecin, et aussi par coup de cœur pour ce que raconte B., pour sa tentative de réconcilier soignant et soignés, pour la poésie de ses mots. J’ai eu l’occasion de le rencontrer, lors d’un dédicace lilloise, et même de prendre un verre avec lui. A l’époque, je n’avais pas encore lu son premier livre, et je n’ai pas trop osé lui poser des questions… Mais j’en garde un très bon souvenir !

Revenons à ce second livre, « Alors vous ne serez plus jamais triste ».

Le pitch : « C’est l’histoire d’un médecin malheureux, qui ne se rappelle plus comment soigner depuis que sa femme est partie. Il a décidé de mettre fin à ses jours le soir même. En se jetant dans un taxi pour régler quelques affaires à l’hôpital, il fait la connaissance de sa mystérieuse conductrice : une vieille dame excentrique capable de deviner quand les gens vont mourir, juste en les regardant dans les yeux. Pour convaincre le Docteur de revenir sur sa décision, elle exige sept jours durant lesquels il devra se soumettre à toutes ses fantaisies. Le compte à rebours est lancé jusqu’à l’échéance finale. Qui gagnera du désespoir ou de la joie de vivre ? Que s’est-il passé dans la vie de cet homme pour qu’il en arrive là ? Qu’a vécu cette femme pour qu’elle prenne aussi violemment le parti de la vie et du bonheur ? »

Mon avis :

Comme d’habitude, Baptiste Beaulieu a su m’entraîner dans son monde, de poésie, d’absurde, de beauté même dans l’ordinaire. Ses personnages sont attachants (la vieille dame, un délice !), les différents actes s’enchaînent, et quand viennent les dernières pages, on regrette qu’il n’y en ai pas plus !

J’ai souri des situations, pleuré à d’autres, ou sur des phrases qui faisaient écho pour moi. Et j’ai refermé le livre en ayant hâte de lire à nouveau Baptiste Beaulieu.

Alors voilà, Baptiste, merci pour ce livre, merci pour la poésie de tes mots !

 

Publicités