Mots-clefs

, ,

Dimanche dernier, papa Koala et moi-même sommes allés à un concert du Nouvel An, dans la salle des fêtes d’une ville proche de chez nous.

Oui, un concert dans une salle des fêtes…

Mais c’était sûr que ça allait être bien, la preuve, ma copine Lulux et son homme y jouaient.

Point de Maitre Gims ni de Johnny, non ma bonne dame, c’était un concert du nouvel an par l’harmonie municipale de Bourbourg.

Une harmonie, pour tout t’avouer, je ne savais (oui, la honte), même pas exactement ce que c’était.

Mon ami wikipedia m’a bien aidé, et j’en ai compris que :

Une harmonie, appelée encore orchestre d’harmonie, est un ensemble musical regroupant :

  • Des bois : flûtes traversières, hautbois, bassons, saxophones, clarinettes,…
  • Des cuivres : trompettes, trombones, tubas,…
  • Des percussions : timbales, batterie, grosse caisse, cymbales, xylophone, triangle, maracas…

Pas d’instruments à cordes donc 🙂

 

Au programme de ce concert (de presque 2 heures avec les rappels ! Chapeau aux musiciens pour l’endurance !), du classique, du connu – évidemment -, mais aussi du beaucoup plus contemporain et des compositeurs moins grand public. Les liens sont ce que j’ai pu trouver sur Youtube se rapprochant de ce que j’ai entendu dimanche, parfois avec un arrangement différent…

Concert Harmonie

Fanfare of the bell, de William Gordon

Valse de l’empereur, de Johan Strauss, arrangement par Jack Bullock

Espana cani, de Pascual Marquina, arrangement par Robert LongField – Un paso doble qui donne envie de sortir une longue robe espagnole et de danser !

Valse n°2, de Dimitri Shostakovich, arrangement par Johan De Meij. Une chanson connue de tous, qui me fait encore penser à la publicité pour une assurance ou on voyait des vies défiler… C’est quand même impressionnant à quel point on peut être marqué par une pub, celle-ci datant de 2010 !

Jan Van Der Roost, un compositeur contemporain, avec son Highland Rapsody, composé à la demande de sa femme et en hommage au père écossais de celle-ci.

Bohemian rapsody, de Freddie Mercury, arrangement par Philipp Sparke. Une redécouverte du morceau, on est tellement habitués à l’entendre, que ça fait du bien de l’écouter différemment !

Carnaval des animaux, de Camille Saint-Saens, arrangement de Jay Bocook.

Introduction, L’Eléphant, Les Fossiles et Finale. J’ai un faible pour le Carnaval des animaux, je ne m’en lasse pas.

(l’Eléphant à 4.30 !)

Disney at the movies, Arrangement de John Higgins. Là, je me dis que c’est dingue, avec deux enfants je ne reconnais pas le tiers des dessins animés. A si, quand même, j’ai reconnu « Il en faut peu pour être heureux », « sous l’océan », « Je suis ton meilleur ami », « ce rêve bleu » et « Can You feel the love tonight » ! La vidéo Youtube est bien faite, liée aux dessins animés ! Je pense la montrer à Petit Prince, ça peut du coup l’intéresser et lui faire écouter de la musique classique en même temps !

Sleighride, de Leroy Anderson, arrangement de Cor M.Mellema. Un autre morceau que je ne connaissais pas et que j’ai adoré, je suis sure qu’en fermant les yeux j’aurai pu me croire sur ce traineau, avec les clochettes, le fouet qui claque (vers 1:30 de la vidéo !) et les chevaux qui hennissent !

Medley Julien Clerc, arrangement de Claude Deconninck. Ce que j’ai le moins aimé du spectacle, pas tant à cause des musiciens, mais plutôt pour l’ambiance qui en a résulté : les mamies qui papotent pour deviner les titres, les gens qui applaudissent a contre temps… Mais je vous partage tout de même une vidéo, pour le plaisir de la chanson… Toi aussi, derrière ton écran, tu peux claquer des mains à contre temps, fais toi plaisir !

 

♥♥♥♥ Bravo aux musiciens, aux chefs d’orchestre, merci pour ce moment de pur plaisir ! ♥♥♥♥

Et une spéciale dédicace à la petite mamie à côté de Papa Koala, qui lui a tripoté plusieurs fois le genou parce que, « vous comprenez, se lever c’est difficile »… Passé 75 ans et encore vicieuse, roooh !

Alé, des bisous !

 

 

 

 

Publicités