Mots-clefs

, , ,

Les fins de journée, tout un programme pour moi.

En effet, si, la plupart des journées, j’arrive plutôt bien à ressentir la faim, ne pas manger trop et surtout ne pas avoir d’envies de manger émotionnelles (les fameuses EME de la méthode !), le soir, que je rentre chez moi après une journée de travail, après un week end ou un mercredi passé avec les enfants, il m’arrive fréquemment de partir alimentairement en vrille.

Oui, je sais, ca ne se dit probablement pas, mais tu vois l’idee, quand tu es fatiguée de ta journée, que tu passes à table, qu’avant tu as eu grave envie de manger des chips, de boire une biere, de piquer un biscuit à ton fils, que tu manges ton plat sans vraiment avoir faim, mais parce que c’est l’heure de passer à table, que alors que tu n’as pas/plus faim tu manges jusqu’au bout, que parfois tu te ressers, que après, quand les enfants sont couchés, tu te mets dans le canapé et tu sors le Nutella, le chocolat, les biscuits et le lait…

Instant publicité :

Ces moments là, heureusement, ne sont pas quotidiens, mais ils sont réguliers, et contribuent à ce que mon poids stagne. J’en suis consciente, mais j’ai un mal de chien à ne pas succomber, pour autant, à la tentation de me faire un shoot de Nutella, comme une recompense à ma journée passée.

Car c’est de ça qu’il s’agit, en vérité.

De manger, non pas par faim, mais pour se réconforter. Pour se faire du bien. Pour se faire plaisir. Le genre de plaisir coupable, qui en plus, une fois l’instant passé, te fait te sentir plus bas que tout, sans volonté aucune. Et si tu es encore près de nourriture quand tu es au plus bas, tu manges à nouveau en te disant « a quoi bon ? ».

Le but de l’exercice proposé par linecoaching était de se focaliser sur mes fins de journée, pour comprendre comment je mange, et pourquoi je mange.

Pendant 7 jours, j’ai donc eu, chaque soir, à répondre aux questions suivantes :

  • Ai je eu l’impression de trop manger ?

  • Quelle a été la forme de mes excès (boulimie, grignotage, repas trop copieux)

  • Comment s’est passé mon repas du soir (pas de dîner, dîner normal, dîner excessif)

  • Quel était mon degré de faim ?

  • Dans la journée, ai je contrôlé ce que je mangeais, ai je lutté contre des pensées de nourriture, ai je culpabilisé ou pensé à mon poids ?

  • Ai je mangé en réponse à des événements difficiles ou usants dans ma journée ?

  • Ai je mangé pour me donner du courage et de l’énergie ?

  • Ai je mangé pour me détendre ou en me disant « après tout, je l’ai bien mérité » ?

Après une semaine, sans surprise, je me suis rendue compte que je mangeais pour me détendre, mais dans la limite du raisonnable.

Etape suivante, apprendre à mieux gérer mes fins de journée !

Publicités