Mots-clefs

, , , , ,

Alors là, cette activité m’a rendue perplexe.

Je t’avoue que j’ai même un peu triché pour aller à la suivante (oui, un peu comme la précédente aussi…).

Le but de l’activité ? Apprendre à manger pour me réconforter.

Quand j’ai commencé à lire le descriptif de l’activité sur linecoaching, je me suis beaucoup interrogée sur mon comportement alimentaire, et sur mes « croyances » alimentaires.

Ne pas me frustrer en mangeant de tout, mais en quantité raisonnable, c’est (presque) acquis.

Attendre d’avoir faim avant de manger, c’est assimilé. Si je mange trop lors d’un repas convivial, j’attends la faim pour manger par la suite. Compris. Pas forcément systématiquement suivi, mais compris.

Mais manger pour me réconforter, ça me bloque. Je pense que ça me bloque, parce que je mange beaucoup/souvent pour me réconforter, et que je suis persuadée que c’est une des raisons majeures à mon surpoids. Alors, réaliser une activité alors que je suis persuadée – à tort ou à raison, je ne sais pas – que ça va me faire grossir / ne pas me faire maigrir, ça m’interpelle, et c’est compliqué du coup.

Bon, posons l’émotion là, sortons l’esprit pragmatique et penchons-nous sur ce que linecoaching me raconte :

Manger pour se réconforter est un comportement normal et répandu, pas une anomalie. Ce qui importe, c’est de réussir à se réconforter par cette méthode.

Cette activité va vous aider à bénéficier à nouveau du plaisir de manger pour se réconforter, et vous permettra de ne plus en abuser !

Lorsqu’une envie de manger émotionnelle (EME) apparait, je dois donc suivre un cheminement :

Qu’est-ce que je ressens ? Quelle est l’émotion qui me fait manger ?

J’ai détecté l’émotion, quelle solution puis je mettre en place pour résoudre mon problème (et du coup ne pas manger) ?

Je ne sais pas détecter mon émotion, ou je ne sais pas en sortir, je dois me réconforter => Dans cette situation-là, le problème reste, le réconfort ne sera que momentané. Je ne suis évidemment pas obligée de manger ! Linecoaching préconise de faire une séance de respiration en pleine conscience, mais je n’y arrive pas, alors dans ma boite à réconfort à moi, il y a faire du crochet, écouter de la musique classique, faire un câlin à mes fils, lire un livre… Et il y a manger, bien sûr.

Vous pouvez aussi choisir de manger un aliment réconfortant. Un peu de douceur dans ce monde de brutes… Il s’agit alors d’un choix que vous effectuez parmi plusieurs solutions que vous avez envisagées. Vous pouvez faire ce choix dans la mesure où il vous procure un vrai réconfort. Vous devez notamment être capable de déguster ce que vous mangez, et de ne pas culpabiliser de l’avoir mangé !

Si je choisis de manger pour me réconforter, alors je dois le faire en pleine conscience, non pas pour me remplir, mais pour me faire du bien. Je dois donc me concentrer sur l’aliment, le déguster, y prêter attention, et le fait de le déguster va m’amener à être réconfortée plus vite. Ainsi soit il !

Cette activité, je pense que je vais y revenir, souvent. J’espère parvenir à limiter les EME, et, en parallèle, quand je n’aurai pas trouvé d’autre solution pour me réconforter, réussir à le faire en ne mangeant que des quantités limitées.

Bilan dans quelques temps !

Publicités