Mots-clefs

, , , ,

J’aime aller à des concerts.

Depuis toute jeune, j’aime écouter de la musique tout fort, chanter faux, taper dans les mains et des pieds.

Dans ma chambre d’adolescente sur mon petit poste de radio, dans les cafés enfumés ou on chantait à tue-tête avec les copines, dans les soirées métalleuses ou on hochait la tête en cadence, dans mon appart minuscule ou je devais faire attention à ne pas trop en faire profiter les voisins, dans ma voiture, dans la salle de bain, et évidemment dans les concerts.

Je n’ai pas de style musical préféré, ou plutôt, j’ai des styles musicaux préférés, selon l’heure et le lieu, et selon l’état d’esprit. Je connais par cœur des tas de paroles de chansons francophones, j’aime écouter de la musique classique ou du métal sans être capable de reconnaitre 10% de ce que j’écoute, j’aime la musique qui fait danser, j’aime la musique sur laquelle je fais du sport…

Bref.

Tout ça pour dire que samedi, je suis allée au concert de Yves Jamait avec PapaPanda, avec des places reçues pour mon anniversaire.

Ce qui est bien aussi quand on va en concert, surtout quand c’est en week-end, c’est qu’avant, nous sommes allé baguenauder dans les rues de Lille.

Le soleil brillait, et même s’il faisait froid, c’était vraiment agréable de se perdre dans la foule avec pour seul but de lever la tête, de regarder les monuments, les passants, les vitrines, de commenter la disparition d’une boutique, de passer au magasin de tissus et au magasin de BD et de repartir bredouille, les mains dans les poches, de s’arrêter boire un CappuccinoMaltesers au Coffee Makers (recommandé par le blog Un Invincible Eté !).

Et de repartir, accompagnés par la pluie, presser le pas vers le théâtre Sébastopol, espérer que les portes soient ouvertes, attendre sous la pluie dans le froid et râler pour la forme sur les gens qui fument et empestent trop près de nous, sur les parapluies qui menacent de nous éborgner, sourire aux gens qui sont venus en famille et papoter de tout et de rien.

Suivre la foule quand les portes s’ouvrent, ouvrir son sac et son manteau, accepter de se laisser palper par une agent de sécurité qui ne vous regarde pas vraiment, présenter son ticket, choisir sa place, une superbe place, récompense de notre arrivée bien en avance, sortir les téléphones pour vérifier que le monde continue de tourner, se serrer un peu l’un contre l’autre, entendre la sonnerie typique du théâtre qui annonce le début du spectacle, voir les personnes se presser de rejoindre leurs sièges.

Regarder le public, la famille venue avec ses deux petites filles, les nombreux soixantenaires, les quelques trentenaires, la dame venue déposer sur la scène des fleurs jaunes et un béret ( ?) blanc, le monsieur avec son béret, la dame avec son chapeau rouge aux oreilles de chat, les voisins avec l’accent belge…

Et applaudir quand la lumière s’éteint.

En première partie, un jeune homme du nom de Noé Clément, seul avec sa voix et sa guitare, au milieu du rond de lumière du projecteur. De jolis textes, j’ai beaucoup aimé sa toute première chanson, dont j’ignore le titre alors je la baptiserai « Tu seras un môme mon fils »… Un EP devrait sortir, un jour, à suivre…

Et après cette première partie toute calme, enfin, ceux que tout le monde attendait, Yves Jamait et ses musiciens.

2h30 de sa voix rocailleuse, de sa gouaille, des chansons que je ne connaissais pas bien issues de son nouvel album, et des chansons que je connais par cœur, de l’accordéon, de la guitare, des percus, du piano, du saxophone…

2h30 à rire des blagues et des mimiques,

2h30 à taper dans les mains, applaudir encore et encore, chanter à tue-tête, et se laisser porter par la musique et les textes.

Et puis remettre les manteaux encore humides, sortir du théâtre, se presser sous la pluie jusqu’à la voiture, regarder sa montre et se dire qu’il est trop tard pour manger, rentrer chez soi et se blottir au chaud sous sa couette, en se disant qu’on a passé une vraiment bonne journée.


 

12717330_10154536171028102_7717094335093191067_n N’oublie pas, je participe à l’opération WeLovePrema, et toi aussi tu peux nous aider, en partageant l’initiative ! Tous les détails (et un lapin à gagner !) sont => ici <

 

 

 

Publicités