Mots-clefs

, , ,

Mon Petit Prince,

Aujourd’hui, ce soir, j’aurai du écrire, comme tous les 22, ton bilan du mois.

Mais ce soir, mon Petit Prince, j’ai le cœur lourd.

J’ai le cœur lourd car aujourd’hui, des cons, des hommes qui ne méritent pas le titre d’Homme, ont semé la terreur et la désolation dans Bruxelles, et sont venus rajouter des larmes et du sang au moulin de ceux qui prônent le repli sur soi et le rejet des autres, surtout s’ils ont la peau colorée, et surtout s’ils vénèrent un dieu qui n’a pas le même nom que le leur.

Je ne sais pas dans quel monde tu vas vivre, mon Petit Prince. Jour après jour, drame après drame, je me demande si ta vie sera heureuse, malgré ces jours sombres qui s’annoncent.

Je l’espère, autant qu’une mère puisse espérer le bonheur de ses enfants.

Et, mon Petit Prince, face à toute cette noirceur qui essaie de nous engloutir, je te promet d’essayer de faire éclater toutes les lumières possibles.

Je te promet de ne jamais, au grand jamais, penser que croire en un dieu fait d’un Homme un criminel.

Je te promet de voir, chaque jour, le meilleur, le plus beau, même dans le caché ou l’ordinaire. Surtout dans l’ordinaire.

Je te promet de m’enivrer de vos rires, à ton frère et à toi, de profiter de chacun de vos câlins, d’écouter chacune de tes histoires, de savourer chacune de vos victoires.

Ce soir, je suis rentrée à la maison le coeur lourd, mon Petit Prince, et puis, Papa Panda m’a ouvert la porte, tu as descendu l’escalier en souriant pour me raconter ta vie, bébé Koala est arrivé tout propre dans son petit pyjama et m’a fait un énorme sourire, on est passé à table, c’était fête car c’était fastfood, on a mangé des frites en parlant de tout et de rien, puis on s’est affalé cinq minutes dans le canapé, toi, bébé Koala, le chat et moi, les uns affalés sur les autres, et j’ai senti mon coeur s’alléger.

Mon Petit Prince, c’est pour toi que je vais continuer à précher la tolérance, l’altruisme, la paix, la bienveillance, parce que c’est ce monde là que tu mérites, n’en déplaise à ces fanatiques obscurantistes.

Je t’aime mon Petit Prince

Je t’aime mon bébé Koala

Je t’aime Papa Panda

Je vous aime, mes amis.

Prenez bien soin de vous, et cultivez votre lumière.

IMG_20160308_074939 IMG_20160316_093331 IMG_20160316_093346 IMG_20160316_200327

Publicités