2 ans, 10 mois, mon bébé Koala.

Il est 23 heures ce samedi, et je t’écris en attendant que tu t’endormes… Car oui, même si à 20 heures j’ai bien cru que tu allais t’endormir dans le canapé, rien n’y fait, ce soir, Morphée n’a pas voulu de toi… Alors tu alternes pleurs, appels « papa, maman », chansonnettes, discours avec tes peluches… et nous, nous alternons câlins, donner la main, raconter une histoire, et promesse d’être juste de l’autre côté du mur, en train de faire dodo…

Tu as vraiment un sommeil de plume, mon bébé Koala… Il t’est parfois difficile de t’endormir, ou, quand un cauchemar ou une couche trop pleine te réveillent, difficile de te rendormir… Le matin, pas de grasse matinée pour toi, oh que non ! Je sais que tout cela ne dure qu’un temps, et qu’un jour, mes nuits seront à nouveau complètes et longues, mais je t’avoue que je commence à avoir hâte !

À côté de ça, mon bébé Koala, tu continues d’être un petit garçon entier. Charmeur, qui sait ce qu’il veut et ce qu’il ne veut pas, qui adore être dehors, que je le porte sur les epaules, qui boit son biberon préférentiellement avec maman, qui commence à aller sur les toilettes -quand il est décidé – qui aime regarder des livres, jouer avec les legos, faire des câlins et des bisous, courir après le chien, taper dans un ballon, faire de la balançoire avec ton frère, mangeras du chocolat,… Mais je m’arrête là, je ne t’entends plus chanter, il semblerait que tu te sois endormi, alors je vais faire de même, mon bébé Koala, fais de beaux rêves !

Publicités